Stress, douleur, chirurgie, coeur, système immunitaire ; Soins infirmiers et bénéfices psychologiques ; Recherches humaines et animales ; Protocoles scientifiques et crédibilité.

Stress, douleur, chirurgie, coeur, système immunitaire

La majorité des recherches publiées confirme les effets positifs du Reiki sur le stress [Cuneo 2010, Bowden 2010, Vitale 2009], la douleur et l’anxiété [Richeson 2010, Meland 2009, Pocotte 2008, Potter 2007, Vitale 2006, Olson, 2003, Miles 2003 (b ), Wardell 2001, Olson, 1997]. Les changements biochimiques et physiologiques chez les receveurs de Reiki, tels que la diminution de la fréquence cardiaque, diminution de la pression artérielle systolique et diastolique, diminution de l’activité EMG et l’augmentation de température de la peau sont typiques de la relaxation [Wardell 2001, Mackay 2004].

Les effets du Reiki sur la fonction cardiaque ont été positifs (tels que variabilité du rythme cardiaque amélioré) et sont possiblement liés à la réduction du stress [Friedman 2010, Sharmal2000]. Une longue durée de réduction du stress psychologique a été remarqué [Shore 2004]. Le Reiki a été utilisé avec succès pour la réhabilitation des survivants de la torture à Sarajevo [Kennedy 2001].

Le Reiki a été administré en salle d’urgence et salle d’opération, et utilisé pour aider les patients en chirurgie [Miles 2005, Alandydy 1999, Sawyer 1998], ainsi que lors de l’accouchement [Rakestraw 2009-2010].

Les patients atteints de cancer, y compris les patients en phase terminale, ont tendance à bénéficier du Reiki, des rapports attestent de meilleure qualité de vie et moins de fatigue [Bossi 2008, Miles 2007, Tsang 2007], et l’utilisation du Reiki en soins palliatifs est en augmentation [Fardeau 2005, Miles 2004].

Les effets du Reiki sur le système immunitaire sont possibles grâce à l’augmentation d’IgA salivaires [Wardell 2001], et la possibilité de compléter le traitement du VIH avec des traitements de Reiki et de formation a été étudiée [Schmehr 2003].

Cependant, toutes les études réalisées ne montrent pas d’effets positifs du Reiki.

Ainsi, aucun bénéfice significatif du Reiki n’a été remarqué chez les patients atteints de fibromyalgie [Assefi 2008], ou chez des patients après un AVC [Shiflett 2002].

Soins infirmiers et bénéfices psychologiques

Le Reiki a été recommandé pour des soins intégraux [Schiller 2003, Eliopoulos 2003]. Il est de plus une thérapie populaire de soutien dans la pratique des soins infirmiers [Lipinkski 2006, Gallob 2003, Nield-Anderson, 2001].

 

Il est intéressant de noter que les praticiens de Reiki bénéficient eux-même de la pratique du Reiki. On constate qu’ils éprouvent moins de stress, une spiritualité et une sensibilisation accrues [Cuneo 2010, Vitale 2009, Brathovde 2006, Whelan 2003].

Les études sur l’utilisation du Reiki en psychothérapie [LaTorre 2005] sont bien justifiées, car le Reiki a été associé à des changements dans la prise de conscience de la dissonance et de la turbulence dans l’harmonie et le bien-être [Ring 2009]. Il a également été prouvé bénéfique pour les patients atteints d’Alzheimer, en améliorant la mémoire et le fonctionnement mental [Crawford 2006]. L’influence du Reiki sur la biochimie du cerveau au niveau moléculaire a été étudiée sur des patients souffrant de troubles de compréhensions et a été bénéfique [A & Kurup 2003].

Bien que la majorité des recherches sur le Reiki et des articles éducatifs proviennent des Etats-Unis, du Canada et du Royaume-Uni, d’autres pays, comme la Pologne, l’Inde et le Portugal sont en train de s’y intéresser [Kosakowska 2005, Sharma 2000, Van Vendre 1998].

La plupart des recherches sur le Reiki sont effectuées sur les patients partageant une condition médicale spécifique. Les modèles animaux sont rarement utilisés, cependant, il a été montré que le Reiki diminue le stress chez le rat [Baldwin 2006 et 2008]. Le problème potentiel avec l’utilisation des modèles animaux provient de la contradiction éthique car dans ce cas, le Reiki est administré à des animaux, qui sont délibérément stressés avant traitement et / ou euthanasiés après application pour obtenir les résultats. En d’autres termes, la conception expérimentale, pour mesurer l’effet de guérison, ou par l’effet de la souffrance créée artificiellement, est en contradiction avec la déontologie Reiki, puisque la souffrance est artificiellement créée afin d’étudier la guérison. Cette contradiction peut affecter l’humeur des praticiens de Reiki fournissant des traitements, qui à son tour montre une incidence sur la qualité du traitement ; ou jeter le doute parmi les praticiens de Reiki concernant la crédibilité des résultats.

Protocoles scientifiques et crédibilité

De manière générale, la conception des recherches crédibles présente le plus grand défi de la recherche Reiki. Ainsi, sur 26 articles Reiki commentés par [Baldwin 2010], seuls 12 ont été considérés comme de conception expérimentale suffisamment robuste. La plupart des essais souffrent de défauts méthodologiques, telles que la taille réduite de l’échantillon, une conception inadéquate et des rapports pauvres. La nécessité de la normalisation des procédures Reiki a d’abord été soulevée il y a plus de 10 ans [Mansour 1999], date à laquelle de faux praticiens ont été utilisés pour la comparaison.
Cependant, le plus souvent les effets des traitements de Reiki sont mesurés à l’aide de détente / repos comme état de contrôle. Parmi les autres facteurs qui compliquent la recherche, ou trouve :
- (i) la variabilité entre les traitements de Reiki, fournies par différents praticiens
- (ii) la variabilité entre les traitements fournis par le même praticien à différentes occasions, à savoir l’effet de l’état du praticien.
Le premier est généralement contrôlé par la rotation des praticiens, la standardisation de la procédure de traitement et en utilisant des praticiens formés par le même maître. La variabilité seconde est difficile à contrôler, même si les praticiens devraient idéalement se placer dans un état reproductible Reiki en utilisant des techniques normalisées de méditation / concentration. Le soupçon sur les effets de l’état du praticien sur le résultat du traitement Reiki a été trouvé dans un projet qui a utilisé la culture bactérienne, où la souche de laboratoire inoffensive de E. coli a été soumis à un traitement de Reiki après choc thermique [Rubik 2006] :
- (a) l’intentionnalité des praticiens de Reiki était important (seuls les traitements effectués par des praticiens qui avait traité des patients de la douleur avant le traitement des bactéries, avaient une incidence opsitive sur les bactéries par rapport aux témoins non traités), et
- (b) le niveau initial de bien-être des praticiens de Reiki était en corrélation avec l’effet du Reiki sur la culture bactérienne.
Enfin (c’est évident pour la plupart des praticiens de Reiki), les patients réagissent différemment à la thérapie du Reiki. La situation n’est pas unique au Reiki et est vrai pour la plupart des thérapies énergétiques ou informationnelles, mais aussi des thérapies allopathiques et/ou chimiques.
Le fait d’être ouvert à recevoir un traitement affecte énormément l’efficacité du traitement, et cette décision est prise par le patient non seulement consciemment, mais souvent également de façon inconsciente.

 

Sources : http://www.pantherapie.fr/revue-etudes/la-revue-pantherapeutique-1/articles-scientifiques/article/etudes-scientifiques-du-reiki


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion